Skip to content Skip to navigation

Contraceptifs intra-utérins

Au début du 20ème siècle, les dispositifs intra-utérins sont apparus sous la forme d’anneaux métalliques qui ont évolué en différentes formes de dispositifs en plastique. Les DIUs, une fois insérés dans l’utérus, fournissent un moyen de contraception à long terme sur une période allant jusqu’à 10 ans. Il existe deux principaux types de DIU – l’hormonal (contenant un progestatif) et le non-hormonal. Le modèle non-hormonal contient du cuivre à cause de ses propriétés contraceptives découvertes à la fin des années 60. Il fonctionne principalement en empêchant la fécondation et s’est révélé avoir 99% d’efficacité.

Lors des premières années, le recours au DIU a été entravé par des rapports illustrant de sérieux problèmes de santé causés par Dalkon Shield, un nouvel DIU en plastique qui avait commencé à se démocratiser aux Etats-Unis[1]. En dépit de l’apparition de nouveaux et de meilleurs produits plus tard sur le marché, l’utilisation de cette méthode n’a pas remporté un grand succès auprès des femmes américaines. L’insertion et le retrait du DIU exige un personnel formé. Parmi les autres facteurs individuels et politiques, le manque de connaissance et la formation sur les DIUs ont été un des obstacles au recours à cette utilisation, particulièrement dans les pays développés. La proportion de femmes utilisant le DIU présente des disparités mondiales marquées avec la proportion la plus élevée en Asie Orientale et la plus faible en Amérique du Nord[2]. Elle est plus forte en Chine que dans le reste du monde[3].

Les DIUs au cuivre se sont révélés sûrs, efficaces et faciles d’utilisation et nécessitant un suivi minimal par l’utilisateur ou le prestataire. Plus important encore, il semble qu’ils ne provoquent pas les effets secondaires que les contraceptifs hormonaux peuvent causer et leur action est complètement réversible. Une revue basée sur 35 ans de recherche a conclu que les DIUs sont une méthode de contraception très efficace[4]. Néanmoins, les coûts, les protocoles cliniques et le manque de connaissances à la fois des patients et du personnel médical font barrière à la démocratisation des DIUs comme moyen de contraception.




[1] Sonfield A. Popularity Disparity: Attitudes about the IUD in Europe and the United States. Guttmacher Policy Review Fall 2007, 10 (4).

[2] D’Arcangues C. Worldwide use of intrauterine devices for contraception. Contraception 2007, 75(6)

[3] Cleland K et al. The efficacy of intrauterine devices for emergency contraception: a systematic review of 35 years of experience. Human Reproduction 2012, 27 (7); 1994–2000.

[4] WHO Model Formulary 2008.

 

Subscribe to RSS - Contraceptifs intra-utérins

SRH Next logoi+logoThis portal is made possible with financial support of Dutch Ministry of Foreign Affairs. The Reproductive Health Market Intelligence (RHMi+) portal is developed and maintained by i+solutions, as part of the project ‘Making Sexual and Reproductive Health Services work for the next generation (SRH Next)’, jointly implemented by Cordaid, i+solutions, Health Development and Performance (HDP), Swiss Tropical Institute of Public Health and Healthy Entrepreneurs.